Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cocos du 92

Cocos du 92

Groupe de réflexion de Communistes du 92 sur la voie vers un socialisme aux caractéristiques de la France

Quelle France voulons nous?

 

Hervé Fuyet, Michaële Lafontant, Peggy Cantave Fuyet

 

 

 

Quelle France voulons-nous?

 

Nous voulons une France démocratique, socialiste où les conditions de vie des travailleurs et des travailleuses et de la population en général s’améliorent rapidement.

Nous voulons une France qui se détache des impérialismes occidentaux et de ses instruments (Union Européenne, Etats-Unis, OTAN, etc)

Nous voulons une France qui se rapproche des pays socialistes comme la Chine, Cuba, VietNam et des BRICS comme le Brésil, la Russie, l’Inde etc, soit de plus de 60 p. cent de l’économie mondiale.

Seul un Parti Communiste fort et déterminé peut nous permettre d'atteindre un tel objectif.

Un Parti Communiste qui exercera un macro contrôle sur les secteurs clés nationalisés de l'économie et aussi sur les entreprises privées nationales ou internationales exerçant une activité économique en France.

Il est clair que, dans l'état actuel, le PCF qui n'a plus que quelques députés à l'assemblée nationale française, et qui, ce qui est plus grave, n'a plus la confiance de la classe ouvrière, est incapable de mener la France vers le socialisme que nous voulons.

Pierre Laurent, l'actuel secrétaire général du PCF, conscient de la crise profonde dans laquelle se trouve le PCF actuellement veut convoquer un Congrès spécial en 2018 et nous demande de le préparer:

 

"Je vous propose, nous dit Pierre Laurent, une démarche simple et forte, conduite au niveau national et dans chacun de nos départements : établir la liste de tous ceux que nous connaissons, avec lesquels nous avons travaillé, qui peuvent être intéressés à reconstruire et à réinventer avec nous. Ce sont des militants, des élus locaux, des responsables associatifs, syndicaux, des intellectuels, des scientifiques, des femmes et des hommes de culture, des femmes et des hommes tout simplement engagés dans des causes diverses. Et leur écrire, en les informant de ce que nous engageons, en leur proposant de les rencontrer, en leur demandant leurs idées, leurs suggestions, en construisant avec eux tous les espaces de dialogue utiles à poursuivre dans la durée l'échange et la construction de nouvelles perspectives. L'état de défiance est tel que nous devons nous donner le temps de cette nouvelle élaboration pour pouvoir à nouveau imaginer, rêver, et construire ensemble. J'ai la conviction que ces femmes et ces hommes sont nombreux autour de nous et peuvent se mobiliser, pour peu que nous fassions appel à eux, à leur intelligence et à leur créativité dans le respect mutuel. Je vous engage, membres du CN, fédérations, à faire vivre cette démarche dans chaque territoire."

Rapport de Pierre Laurent en introduction aux travaux du Conseil national des 23 et 24 juin 2017

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF (2017)

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF (2017)

Pierre Laurent se donne comme but d'unir la gauche autour du PCF pour avoir plus de poids dans la lutte contre un gouvernement Macron autoritaire et antidémocratique. Malheureusement, vu le faible poids actuel du PCF, ses appels à l'unité demeurent sans véritable réponse Qui plus est, si ces appels étaient entendus, le PCF, vu sa faiblesse actuelle serait comme la queue du chien ou la cinquième roue du carrosse. Le PCF retomberait dans ces "combinaziones" politiques qui ont contribué à sa chute actuelle.

D'ailleurs, Pierre Laurent ne parvient même pas à maintenir une certaine cohérence à l'intérieur même du PCF et beaucoup demandent sa démission immédiate!

Seul un pari communiste fort et respecté, enraciné dans la classe ouvrière, avec un programme clair et crédible d'une voie vers un socialisme aux caractéristiques de la France, peut rassembler autour de lui tout en gagnant une certaine hégémonie dans la gauche d'abord et dans la France socialiste ensuite!

Un groupe, proche d'Espaces Marx, groupe de réflexion associé au PCF, déclare:



"Nous devons travailler à un projet révolutionnaire nouveau qui prenne à bras le corps dans tous les domaines les considérables mutations de notre époque, qui invente avec d’autres une stratégie européenne et mondiale de lutte contre le capitalisme mondialisé, qui relève le défi écologique.

Signataires : Alain Bascoulergue, Yannick Bedin, Gérard Billon, Nicole Borvo Cohen-Séat, Marie-Pierre Boursier, Patrice Cohen-Séat, Michel Duffour, Jean-Paul Duparc, Grégory Géminel, Frédérick Génévée, Fabienne Haloui, Robert Injey, Roland Leroy, Sonia Masson, Claude Mazauric, Anna Meyroune, Frank Mouly, André Perez, Nora Saint-Gal, Vivian Point.


Et maintenant, que faire ? Avenir de la gauche, stratégie politique, projet communiste Mercredi, 21 Juin, 2017

Un autre groupe interne du PCF, proche de sa section économique, déclare, avec une même grandiloquence:

La France, l’Europe, le monde ont besoin d’une révolution pacifique. Dans le capitalisme financier mondialisé, elle passera nécessairement par des prises de pouvoirs du monde du travail et de la création sur les banques, la BCE, le FMI. Au lieu de s’aligner sur le populisme et l’électoralisme, nos positions dans les institutions doivent y contribuer. Ce chantier concerne aussi notre action politique dans les entreprises. Cette réorientation ne pourra être menée à bien que sous l’impulsion d’une direction nouvelle prête à s’y engager avec conviction.

Pour un congrès extraordinaire et un collectif de direction provisoire

Tout cela doit être l’objet d’un congrès extraordinaire au printemps 2018. Il partirait des remontées des communistes depuis leurs sections, dont une assemblée des délégués de section à l'automne ferait le bilan. Un collectif de direction provisoire devrait être mis en place par le CN pour la préparation démocratique du congrès sous la maîtrise effective des communistes et pour l'animation des luttes politiques face à Macron.

Signataires : Frédéric Boccara, membre du Comité Exécutif du PCF, membre du CESE, Yves Dimicoli, membre du conseil départemental de Paris du PCF, Denis Durand, membre du Conseil National du PCF, Nicolas Marchand, membre du conseil départemental du Val de Marne du PCF.

Et maintenant que faire!

Un groupe autour d'Emmanuel Dan Tran,  très hostile à la direction actuelle du PCF , déclare sans ménagement:

PCF 2017 : la quasi-disparition électorale suit l’abandon de la raison d’être révolutionnaire du Parti.
Pierre Laurent doit démissionner. Mais ça ne suffira pas. Engageons la reconstruction du parti de classe !
Nous refusons la poursuite du processus de liquidation du PCF, dont le résultat catastrophique aux élections législatives, après l’effacement complet aux présidentielles, est le reflet. Nous demandons la démission de Pierre Laurent et du Comité exécutif national. Ils doivent assumer leurs responsabilités. C’est le préalable à l’organisation du nécessaire congrès extraordinaire, dans des conditions réellement démocratiques. Ce texte porte un appel interne dans ce sens.

Dans la perspective de ce congrès, responsables d’organisations locales du PCF, militants, nous décidons de constituer le groupement national « Reconstruire le PCF

PCF 2017: Pierre Laurent doit démissionner. Mais ça ne suffira pas. Engageons la reconstruction du parti de classe !

Enfin un autre groupe interne du PCF, qui se nomme Faire Vivre et Renforcer le PCF( FVR-PCF) et qui est proche des trois auteurs de cet article, affirme à juste titre selon nous "

Nous avions dit en 2012 et 2017 que le choix de l’effacement du PCF à la présidentielle hypothèquerait notre avenir et les résultats confirment cette analyse. Ils s’inscrivent dans une suite de revers électoraux depuis 2012, accompagnant un délitement de notre organisation, le renoncement à une bataille idéologique communiste et à notre action autonome.

Pour nous, cette longue défaite trouve ses racines dans les choix de congrès depuis bientôt 20 ans : le renoncement à notre rôle historique, notre éloignement du mouvement communiste international au profit des partis réformistes de la gauche européenne, la primauté donnée aux institutions sur les luttes et le rassemblement populaire, l’acceptation du cadre de l’Union européenne, le rassemblement de sommet se substituant au combat et conditionné à notre effacement…

Nous partageons l’exigence des communistes de tout mettre sur la table depuis la stratégie jusqu’à la composition de la direction et les choix personnels du secrétaire national.

Nous n’avons besoin ni de « révolution de palais », ni de batailles d’appareil, ni des vieilles méthodes qui enferment les discussions dans un seul choix.

C’est aux communistes de décider des étapes et du contenu de ce débat qui doit conduire à un congrès extraordinaire.

Donnons leur les moyens de le faire en convoquant cet automne une assemblée générale des délégués de section, qui fixera la feuille de route. Le Conseil National des 23 et 24 juin doit prendre ses responsabilités.

L’avenir du PCF est en jeu. Les communistes doivent s’unir pour reconstruire un parti, outil de la France populaire.

Cette déclaration est sigée par les membres du Conseil National suivant : Caroline Andréani,(93), Paul Barbazange (34), Marie-Christine Burricand (69), Gilles Gourlot (Paris), Jean Jacques Karman (92), Michaële Lafontant (92), Anne Manauthon (06), Jean-Pierre Meyer (83), Hervé Poly (62),Danielle Trannoy (33).


Après les élections, l’avenir du PCF est en jeu. Publié le : 23 juin 2017 Le Conseil national doit répondre à la colère et l’exigence des communistes !

A l'exception du groupe FVR-PCF, proche des idées des trois auteurs de ce texte, la direction nationale autour de Pierre Laurent et diverses oppositions internes au PCF , ainsi que le groupe troskyste interne au PCF, mais bizarrement affilié à la 4e Internationale, La Riposte, ont un point commun. Ils refusent de voir que, dans le monde actuel, les socialismes aux caractéristiques de la Chine, du VietNam, de Cuba etc (toutes inspirées de la Nouvelle Politique Economique mise en place par Lénine) avec leurs alliés des BRICS, constituent la force montante dans l'économie mondialisée des forces du marché. Si on associe abusivement le marché mondialisé au capitalisme alors qu'il est le lieu de confrontation entre le capitalisme déclinant et le socialisme montant, il n'est plus possible d'orienter les luttes au niveau mondial, national et local., 

Cette méconnaissance des réalités fait des eurocommunistes et des trotskystes de diverses persuasions, donc de la direction actuelle du PCF, des alliés objectifs des impérialismes occidentaux.

Comment le PCF a-t-il pu régresser à ce point?

 

En France, et pas seulement, on dirait que les mots perdent leur sens. Cela semble particulièrement vrai dans la gauche, et plus particulièrement encore dans la gauche communiste. Ainsi, dans le Parti Communiste français, le centralisme démocratique a été aboli en 1994 . Avec la multiplication des tendances dans le PCF, Le centralisme démocratique est devenu centralisme tout court et ensuite une sorte de centralisme chaotique. De parti d’avant-garde, le PCF s’est progressivement transformé en parti électoraliste eurocommuniste social-démocrate pour devenir pas à pas un parti indéfinissable, sinon même innommable disent certaines mauvaises langues.

 

 




“Le Capitalisme financier mondialisé”: Un nom à rectifier de toute urgence!

Pierre Laurent, secrétaire général du PCF depuis 2010 accentue l’arrière-gardisme actuel du PCF en donnant, volontairement ou pas, un sens politique à “mondialisation capitaliste financiarisé “. Pourtant, c’est en utilisant politiquement de façon révolutionnaire la base économique de la mondialisation capitaliste que les Partis communistes d’avant garde dans le monde font progresser la mondialisation socialiste interrompue momentanément par le succès de la contre-révolution qui a mis fin à l’URSS. Une telle confusion, entretenue en France dans la gauche par l’actuelle direction du PCF nuit considérablement aux luttes ouvrières, et au luttes sociales en général . Les travailleurs et travailleuses ont perdu leur boussole, leur parti d’avant-garde, et leur espoir d’une société meilleure. Les médias bourgeois et même le PCF voudraient leur faire croire que le capitalisme a gagné la partie dans le monde entier, en jouant d’une manière malhonnête sur les mots!

La Lutte pour une “Rectification des noms”

 

Il y a plus de 2000 ans, bien avant que le socialisme n’existe, Confucius avait déjà bien vu le problème! Voici une lecture qui pourrait peut-être, soyons optimistes, contribuer à ramener notre “Pierrot  national” (surnom donné à Pierre Laurent, parfois amicalement, souvent par dérision) à la réalité sur le plancher des vaches! :

 

“Zilu dit”Si le souverain de Wei vous invitait et vous confiait le gouvernement, que feriez-vous en premier lieu? Le Maître dit :” rectifier les noms, pour sûr!”. Zilu dit :”Vraiment? Vous allez chercher loin!Les rectifier pour quoi faire?”. Le Maître dit:” Zilu, vous n’êtes qu’un rustre! Un honnête homme ne se prononce jamais sur ce qu’il ignore. Quand les noms ne sont pas corrects, le langage est sans objet. Quand le langage est sans objet, les affaires ne peuvent être menées à bien. Quand les affaires ne peuvent être menées à bien, les rites et la musique dépérissent. Quand les rites et la musique dépérissent, les peines et les châtiments manquent leur but, le peuple ne sait plus sur quel pied danser. Pour cette raison,, tout ce que l’honête homme conçoit, il doit pouvoir le dire, et ce qu’il dit, il doit pouvoir le faire. En ce qui concerne son langage, l’honnête homme ne laisse rien au hasard”

(Confucius, Les Entretiens de Confucius , Paris, Gallimard 1987, p. 75, VIII, 3)

On dirait que Confucius décrit la France d'aujourd'hui! Le peuple a perdu sa boussole, ne sait plus sur quel pied danser et vit une véritable torture! 

Au début du XXIe siècle, la deuxième puissance mondiale est un pays socialiste

Certes, cette tâche de “rectification des noms” jugée essentielle par Confucius est tout sauf facile.Ainsi Deng Xiaoping écrivait

Il me reste à dire que notre Etat socialiste représente une machine puissante. A la moindre déviation par rapport à la voie socialiste, l’Etat interviendra pour remettre de l’ordre. Il est vrai que la politique d’ouverture nous fait courir des risques et que des éléments pervers du capitalisme peuvent en profiter pour s’introduire. Cependant notre politique socialiste et l’Etat sont assez puissants pour maîtriser la situation; il n’y a donc pas de quoi s’alarmer.Des camarades ont réuni certains de mes discours, y compris mon allocution d’ouverture au XIIe Congrès du Parti communiste chinois, en un recueil qui a paru sous le titre de "Edifer un socialisme à la chinoise". Avez-vous lu cette brochure? Qu’est-ce que le socialisme? L’Union soviétique a prétendu appliquer le socialisme pendant de nombreuses années, mais elle n’en avait en réalité qu’une idée confuse. Lénine est peut-être celui qui l’a le mieux compris, comme le montre la nouvelle politique économique. Malheureuse- ment, par la suite, le modèle soviétique s’est sclérosé. La révolution chinoise a triomphé parce qu’elle a su appliquer les principes universels du marxisme- léninisme à la réalité du pays. Dans le domaine de l’édification socialiste, nous avons fait des expériences positives et négatives. Ces deux sortes d’expériences sont également utiles. Il convient surtout de porter l’attention sur les erreurs “de gauche”. L’histoire a prononcé son verdict sur le résultat désastreux de ces erreurs “de gauche”. Par esprit révolutionnaire, nous sommes enclins à précipiter le cours des événements. Notre intention, bonne en soi, d’accéder au plus tôt au communisme, nous empêche le plus souvent d’analyser avec lucidité les données objectives et subjectives, si bien que nous négligeons parfois la loi du développement du monde objectif. La Chine a commis des erreurs pour avoir voulu aller trop vite. Nous vous recommandons d’étudier particulièrement ce qui n’a pas réussi dans notre pays. On peut s’inspirer de l’expérience étrangère, à condition de ne pas la transposer telle quelle.

La Réforme, une nécessité pour le développement des forces productives en Chine

Tout est important dans la citation de Deng qui précède. En particulier:

"Qu’est-ce que le socialisme? L’Union soviétique a prétendu appliquer le socialisme pendant de nombreuses années, mais elle n’en avait en réalité qu’une idée confuse. Lénine est peut-être celui qui l’a le mieux compris, comme le montre la nouvelle politique économique. Malheureuse- ment, par la suite, le modèle soviétique s’est sclérosé. La révolution chinoise a triomphé parce qu’elle a su appliquer les principes universels du marxisme- léninisme à la réalité du pays."

Et aussi :

"Par esprit révolutionnaire, nous sommes enclins à précipiter le cours des événements. Notre intention, bonne en soi, d’accéder au plus tôt au communisme, nous empêche le plus souvent d’analyser avec lucidité les données objectives et subjectives, si bien que nous négligeons parfois la loi du développement du monde objectif."

On voit bien le ridicule de la direction actuelle du PCF et des divers groupes eurocommunistes ou trotskystes qui s'obstinent à ne pas voir la réalité en face et qui sont objectivement dans le camp de l'impérialisme occidental guerrier.

Nous avons vu que la direction actuelle du PCF avec Pierre Laurent et "son cercle des intimes" préparent, en jouant sur les statuts et en divisant pour régner, un congrès extraordinaire en 2018. Vraisemblablement, ce congrès extraordinaire, si Pierre Laurent parvient à ses fins, liquiderait, à toutes fins pratiques, le PCF tel que nous l'avons connu. Le PCF serait remplacé par un mouvement aux contours indéfini et à géométrie variables, un peu comme Podemos en Espagne et Syriza en Grèce. Selon Pierre Laurent, les Parts communistes n'ont plus d'utilité. C'est peut-être vrai des Partis communistes eurocommunistes, mais ce n'est pas le cas pour les autres au Portugal, par exemple ou en Chine!

Pour lutter contre cette dissolution appréhendée, les trois auteurs de cet article ont ouvert dans les Hauts-de-Seine (92) un site www.cocos-du-92.com pour jeter les bases d'un îlot qui résisterait à une transformation/dissolution et contribuerait à faire vivre et renforcer, à partir de la base, un PCF qui ouvrirait un voie française vers un socialisme aux caractéristiques de la France ( qui s'inspirerait, dans les conditions d'un pays développé comme la France, de la pensée de Lénine sur la NEP.)

 

Pour réussir notre "résurrection" à partir de la base, il faudrait que chaque section du PCF ouvre un "îlot" de résistance à la transformation/dissolution du PCF et de lutte pour un PCF révolutionnaire qui ouvrirait la voie vers un socialisme aux caractéristiques de la France.

Naturellement cet article n'est qu'une ébauche, et grâce à vos commentaires ou même à votre participation, il pourra devenir un outil utile et nécessaire!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article