Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cocos du 92

Cocos du 92

Groupe de réflexion de Communistes du 92 sur la voie vers un socialisme aux caractéristiques de la France

Intervention de Michaële Lafontant au Conseil National du PCF du 24 juin 2017

CONSEIL NATIONAL DU 24 JUIN 2017

(non réalisée parceque toutes les interventions n'ont pas pu être écoutées... )

 

Michaële LAFONTANT- Hauts de Seine.

Petite rectification: Les séismes du PCF (nombreux échecs aux municipales départementales, régiona de ces dernières années) ont de loin précédé le séisme politique national évoqué dans le rapport introductif de Pierre LAURENT. Il faut d'abord rechercher les causes de nos échecs dans les propres errances de notre Parti.

Il faut arrêter de se voiler la face en s'appliquant le raisonnement du verre à moitié plein ! Je partage la position de Jean-Jacques Karman – Seine-Saint-Denis : « La question c’est une orientation de rupture de classe avec le capitalisme pour construire une société nouvelle sans classe remplaçant démocratiquement l’État bourgeois. Non à la manœuvre de mettre le PC au centre de la discussion et non sa stratégie ».

Le désarroi de nos militants en a même porté certains à penser voter FN !On ne saura jamais combien des nôtres ont eu ce choix du désespoir. Cela doit nous interpeller.

Sans tomber dans l'élitisme, le PCF doit jouer un rôle d'avant-garde, de leadership donc se réinsérer dans la classe ouvrière ( qui existe bien puisque un % notable de ces vote va au FN et non au PCF!) des secteurs populaires. La solution à ce problème ne réside pas dans le divorce d'avec l'analyse marxiste pour espérer s'attirer l'adhésion dite citoyenne.

Le fait de l'absence de travail idéologique au sein du Parti dans ses différentes instances désarme beaucoup de militants en les rendant moins aptes à résister face aux dangers du populisme moderne comme aussi aux astuces du monde capitaliste en dérive que vient renforcer le pouvoir omnipotent des media. Les seules universités d'été sont loin de compenser une telle lacune surtout quand on connaît la dérive qui caractérise le PCF par rapport à la solidarité face aux pays du socialisme existant !

Comment donc parler de renaissance du PCF si les instances dirigeantes de l'organisation refusaient de passer par l'épreuve d'un bilan s'avère incontournable ?

Si elle n'est pas instrumentalisée l'actuelle direction comme le craignent certains vétérans du Parti, la réflexion qui est lancée portera nous l 'espérons des réponses cohérentes aux interrogations des uns et des autres. Comme le soulignait Anne Manauthon-Barbagelata – Alpes-Maritimes  « Nous devons faire un bilan des 10 dernières années sur la stratégie (renoncement, Front de gauche) et sur l’organisation (locale et nationale). Cela ne doit pas rester lettre morte. Nous devons nous poser la question de l’utilité du Parti et rendre au communisme ses lettres de noblesse et de modernité. Ne succombons pas aux sirènes de la pseudo modernité en pensant qu’en changeant de nom ce serait mieux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article